Le panier est vide

Insuffisance

veineuse

Tout comprendre à l’insuffisance veineuse et connaître les solutions naturelles pour vous en débarasser

I-Comprendre le retour veineux

II- Les facteurs qui prédisposent

III-Les complications

IV-Les solutions naturelles pour l’améliorer et contrer ses effets secondaires

I-Comprendre le retour veineux

En avançant en âge, vous risquez de voir apparaître des veines bleutées, des varicosités ou des varices  surtout sur vos jambes.Ces marques sont le signe d’une insuffisance veineuse. Elle touche moins les hommes que les femmes.

Vous sentez vos jambes lourdes, gonflées, douloureuses.

La circulation veineuse, comment ça marche ?

Il existe 3 grands types de vaisseaux :

  •  Les artères, qui ne nous concerneront pas dans ce dossier. Elles transportent le sang du cœur vers les organes pour les alimenter en oxygène et en nutriments.
  •  Les veines, que nous allons détailler plus loin, ramènent le sang des organes vers le cœur.
  • Les capillaires, qui sont de tout petits vaisseaux présents au cœur même des différents organes et qui font la transition entre les artères et les veines.

 

Le sang progresse facilement dans les artères, du cœur jusqu’aux organes, grâce à la pression exercée par la contraction du cœur. Cela permet d’assurer une oxygénation efficace des cellules, quelle que soit la position du corps. Mais pour que ce sang puisse ensuite remonter jusqu’au cœur par le circuit veineux, les mécanismes sont différents. Car même si le sang qui arrive des artères entraîne une certaine pression dans les veines, il faut tout de même lutter contre la gravitation, en particulier dans les jambes.

 

Les systèmes mis en place par votre corps pour faire remonter le sang :

  • Vos plantes de pied, vos mollets et vos cuisses servent de pompes. Les veines sont plus lâches que les artères et se dilatent plus.La voute plantaire peut se gorger de sang et il est nécessaire de faire intervenir la pression de l’appui des pieds sur le sol pour renvoyer le sang vers le haut.Marcher, bouger, muscler ses jambes améliore la remontée du sang dans les veines.En effet, les veines profitent des contractions musculaires à chaque étage du corps, en particulier, celles des mollets et des cuisses pour améliorer la circulation
  • La respiration profonde : lors de l’inspiration, le diaphragme descend entrainant une baisse de pression dans la cavité thoracique et une élevation de celle de la cavité abdominale.entrainant la remontée d’un grand volume de sang des veines abdominales vers les veines thoraciques puis vers l’oreillette droite du cœur.
  • Les clapets qui empêchent le sang de refluer : Ce système de valvules s’ouvre et se ferme 20 fois par minute mais ils ne peuvent plus fonctionner si les veines sont trop dilatées. On parle d’insuffisance veineuse quand les valvules sont abîmées et que les veines n’assurent plus leur fonction.

Et le système lymphatique ?

Le réseau de petits vaisseaux lymphatiques est très perméable et fragile et comme ce réseau est indépendant du circuit sanguin, il n’est pas soumis à la pression des contractions cardiaques. De ce fait, seule l’activité physique et la contraction des muscles permettent de faire progresser efficacement cette lymphe. On a pu ainsi montrer qu’entre une personne allongée, inactive donc, et une personne active, le débit de la lymphe peut être multiplié par 30 !

Or, on comprend bien qu’en cas de sédentarité, si la lymphe, en particulier celle des jambes, ne remonte pas efficacement dans ces vaisseaux, elle va s’accumuler dans les chevilles et les mollets du fait de la pesanteur et créer une pression, puis des œdèmes. La lymphe va ressortir de ces petits vaisseaux très perméables et le liquide interstitiel va s’accumuler dans les membres inférieurs. Je ne détaillerai pas plus avant ce système complexe. Je voulais simplement souligner que si les douleurs des jambes sont surtout liées à la pression dans les veines, les œdèmes sont souvent liés également à une mauvaise circulation lymphatique. Au final, les traitements naturels que j’exposerai agissent souvent sur ces deux composantes, veineuse et lymphatique.

II- Les facteurs qui prédisposent

  • Un de vos parents, ou les deux, souffre ou a souffert d’insuffisance veineuse.
  • Vous êtes une femme : Les oestrogènes augmentent la perméabilité des petits vaisseaux ce qui explique la rètention d’eau, les gonflements des hanches et des membres inférieurs lors d’un syndrome prémenstruel ou l’augmentation des oestrogènes est forte. Il en est de même lors de la grossesse avec un facteurs supplémentaire : le poids du bébé qui écrase les veines de retour veineux des jambes. C’est pourquoi les femmes enceintes risquent de souffrir de jambes lourdes, d’oedèmes, de varices, de phlébites et d’hémoroides.
  • Vous fumez : la nicotine provoque un rétrécissement des vaisseaux artériels et donc une augmentation de la pression sanguine et la fréquence cardiaque. En complément, les radicaux libres générés par chaque boufée ont un effet inflammatoire et endommagent les parois des veines, des artères, et les valvules .
  • Vous buvez plus de 2 verres de vin par jour ou un équivalent en autre alcool. L’alcool dilate les veines et ralentit le retour veineux.
  • Vous avez une alimentation inflammatoire, trop riche en viande ou autre protéine animale, en caféine ( café, sodas, boissons énergisantes…), en poivre ou piment et en produits industriels ultra transformés  pauvres en fibre et en polyphenols.Cette alimentation déséquilibre notre flore intestinale  et favorise le passage de toxines dans le sang. L’inflammation ainsi créée  endommage peu à peu les artères et les veines.
  • Vous êtes en surpoids.L’excès de pression exercée sur les membres inférieurs rend le retour veineux plus difficile. Les troubles métaboliques associés au surpoids joue sur la fluidité du sang.
  • Vous êtes diabétique. Les excès de sucre empêchent les réparations et cicatrisation et accroit les risques d’insuffisance veineuse mais aussi d’ulcère veineux et d’accident thrombotique.
  • Vous avez une mauvaise respiration. Mal respirer ou ne pas savoir bien respirer peut avoir des conséquences sur le dos, le cœur et donc la circulation des jambes.
  • Vous souffrez de constipation : les selles dures irritent les muqueuses et entrainent des dommages inflammatoires sur la paroi du colon . ces dommages se répercutent sur les veines. De plus, les efforts intenses pour déféquer bloquent le retour veineux.
  • Vous êtes sédentaire, vous restez debout, ou trop asssis avec les jambes croisées. Vous empêchez vos muscles de jouer leur rôle de pompe et vous bloquez votre circulation.
  • Vous êtes exposée à la chaleur. La chaleur dilate les veines. Attention aux expositions prolongées au soleil, aux bains trop chauds…
  • Vous portez des vêtements trop serrés et vous bloquez votre retour veineux et/ou vous portez des talons hauts ou à contrario des chaussures trop plates qui ne massent pas assez la voute plantaire.
  • Vous souffrez d’insuffisance cardiaque et votre sang artériel est éjecté avec moins d’intensité favorisant ainsi les stases veineuses.
  • Vous ne buvez pas assez, la déshydratation a un effet direct sur la circulation. Elle est évidemment aggravée l’été, avec les grosses chaleurs (qui créent aussi une surpression dans les jambes!). Certaines personnes pensent que, quand elles font de la rétention d’eau avec des œdèmes au niveau des jambes, elles devraient réduire leur consommation de boissons. C’est une grave erreur. Il faut au contraire boire suffisamment pour lutter contre la déshydratation qui aggraverait le phénomène, et traiter en même temps les causes de ces œdèmes.

III-Les complications

Parfois, les situations se compliquent. Surtout quand il existe des facteurs favorisants : accident, opération, grossesse.

  • Varices et oedèmes : Sans la mise en place de comportements propices à l’amélioration du retour veineux, vous pouvez développer des varices et oedèmes avec possiblement un syndrôme de jambes sans repos la nuit, perturbant le sommeil.
  • Troubles cutanés  liés à l’exposition de déchets métaboliques et entrainant une carence en nutriments:
    1. décoloration de la peau avec des tâches blanches ou dermite ocre.
    2. Eczéma veineux avec démangeaisons ou sensation de brûlures .Ces lésions peuvent être prurigineuses, faisant penser à de l’eczéma
  • Syndrome de Raynaud. Les doigts deviennent blancs ou bleus
  • Hémorroïdes, varices des veines hémorroïdaires. Les hémorroïdes peuvent se compliquer d’une fissure anale entraînant douleur et saignement à chaque selle. Parfois, les hémorroïdes sont uniquement internes et le patient ressent une douleur ou un prurit (une démangeaison), voire un saignement, mais sans aucune lésion apparente.
  • Ulcères veineux : plaie chronique plus ou moins profonde dans la peau en forme de cratère avec difficultés à se cicatriser.
  • La phlébite :amas de plaquettes formant un bouchon et obstruant la veine, bloquant ainsi la circulation sanguine.La phébite est une situation d’urgence. Le risque de phlébite du post-partum n’est pas négligeable et une prise en charge précoce des insuffisances veineuses peut le réduire.

IV-Les solutions naturelles pour l’améliorer et contrer ses effets secondaires

L’insuffisance veineuse est avant tout une altération progressive et définitive de la veine. De ce fait, on ne « guérit » pas une insuffisance veineuse, on va la soulager et surtout tenter de ralentir sa progression et l’altération du système veineux.

  • L’activité physique avant tout                                            

La marche active régulière est sans aucun doute la meilleure activité pour stimuler le retour veineux et entretenir la santé de notre système circulatoire. En marchant, on masse la voûte plantaire et tous les petits vaisseaux qui s’y trouvent, ce qui favorise la remontée du sang dans les jambes. Mettez de bonnes chaussures et partez pour 30 à 60 minutes de marche active. De nombreuses études ont montré l’effet santé d’une telle activité physique au minimum 30 minutes par jour ou 1 heure 3 fois par semaine. Si vous avez la chance d’habiter près d’une plage ou si vous passez vos vacances au bord de la mer, pensez aussi à aller marcher pieds nus dans le sable. C’est excellent pour masser la voûte plantaire et stimuler la circulation veineuse. Vous pouvez également marcher dans la mer avec de l’eau à mi-mollet, ce qui est excellent pour tonifier les veines.

  • Autres règles d’hygiène de vie
  • Surélever les pieds de votre lit de quelques centimètres. Il ne faut pas beaucoup de différence avec la tête pour que la pesanteur fasse son effet pendant la nuit.
  • Finissez toujours votre toilette par une douche fraîche, voire bien froide, sur les jambes (douche écossaise). C’est certainement un excellent gage de santé pour vos jambes, mais aussi pour votre organisme dans sa globalité.
  • Quelle alimentation adopter ?

Il n’y a pas un régime alimentaire spécifique de l’insuffisance veineuse. En premier lieu, il est essentiel de contrôler son poids. On l’a vu, le surpoids et l’obésité sont de grandes causes d’insuffisance veineuse. Il est donc nécessaire de réduire la consommation de sucres et d’optimiser la consommation de protéines.

  • Les parois veineuses ont besoin de protéines, et en particulier des acides aminés soufrés pour conserver leur solidité et leur souplesse. En pratique, si vous présentez une carence en protéines plasmatique, vous aurez tendance à faire des œdèmes au niveau des membres inférieurs à cause de la fragilité augmentée des vaisseaux .Il est donc important de manger plus d’une fois par jour des protéines de bonne qualité. On privilégiera en particulier le poisson pour son apport en oméga 3 qui agit sur la fluidité du sang.
  • En parallèle, il est nécessaire de réduire la consommation de sel qui augmente la rétention d’eau et va donc aggraver les œdèmes
  • il sera important d’avoir une alimentation riche en vitamines et en antioxydants qui nourrissent efficacement les parois des vaisseaux et limitent la dégradation du réseau veineux. Une alimentation trop industrielle, riche en sucres et en graisses cuites, voire apportant trop de conservateurs et autres pesticides, favorise la rétention d’eau et la cellulite en encrassant nos cellules et nos émonctoires.
  • PHYTOTHÉRAPIE : LES REMÈDES LES PLUS EFFICACES

Nous arrivons au domaine le plus important de la prise en charge de l’insuffisance veino-lymphatique : les PLANTES !

Que ce soit à travers la phytothérapie ou l’aromathérapie, nous allons voir maintenant les plantes les plus utiles et les plus efficaces qu’on puisse utiliser même si, encore une fois, il est impossible de faire disparaître des varices ou des varicosités

  • FRAGON ÉPINEUX OU PETIT HOUX RUSCUS ACULEATUS :
  • les personnes souffrant d’hypertension artérielle devraient consulter leur médecin avant de prendre des produits contenant cette plante.
  • Il ne faut pas l’utiliser au dernier trimestre de la grossesse, car cela augmente le risque de saignement lors de l’accouchement. Tout le monde n’est d’ailleurs pas d’accord sur cette contre-indication, mais le manque d’études nous oblige à rester prudents.
  • Les personnes qui prennent des traitements contre le rhume(vasoconstricteurs) ne doivent pas prendre de produits contenant du petit-houx sans avis médical, en particulier avec les formes orales.
  • Le petit-houx pourrait également s’opposer aux plantes ayant un effet vasodilatateur (par exemple le palmier nain, Serenoa repens). Leur association est déconseillée.
  • VIGNE ROUGE - VITIS VINIFERA
  • Contre-indication : dernier trimestre de la grossesse.
  • N’en prenez jamais sans l’avis de votre médecin.
  • MARRONNIER D’INDE AESCULUS HIPPOCASTANUM
  • Contre-indications : dernier trimestre de la grossesse et prise d’anticoagulants.
  • MÉLILOT - MELILOTUS OFFICINALIS
  • Contre-indications : dernier trimestre de la grossesse et prise d’anticoagulants.
  • HAMAMÉLIS - HAMAMELIS VIRGINIANA,
  • MYRTILLE - VACCINIUM MYRTILLUS
  • GINKGO - GINKGO BILOBA,
  • Contre-indications : dernier trimestre de la grossesse, allaitement et prise d’anticoagulants.
  • LES PLANTES DRAINANTES ET DIURÉTIQUES ; La phytothérapie dans l’insuffisance veineuse ne s’arrête pas aux plantes veinotoniques. Il faudra parfois utiliser des plantes drainantes et diurétiques pour lutter contre les œdèmes et la rétention d’eau. Pour cela, les principales plantes utilisées sont :
  • PILOSELLE - HIERACIUM PILOSELLA
  • ORTHOSIPHON ORTHOSIPHON STAMINEUS
  • PISSENLIT - TARAXACUM OFFICINAL
  • AROMATHÉRAPIE : LES BIENFAITS DES HUILES ESSENTIELLES

Si la phytothérapie est sans aucun doute la thérapeutique la plus utile par voie orale, l’aromathérapie est incontournable et d’une puissance surprenante pour une action locale. Certaines huiles essentielles (HE) peuvent aussi être utilisées per os mais leur concentration entraîne un certain nombre de risques et d’effets secondaires et, sauf exception, dans l’insuffisance veineuse, je privilégie toujours l’application locale, qui est la plus bénéfique.

  • HE DE MENTHE POIVRÉE MENTHA PIPERITA C’est l’huile essentielle de la fraîcheur. Elle apporte instantanément un soulagement, un sentiment de bien-être et une sensation de jambes plus légères. Il est déconseillé de l’utiliser seule sur de grandes surfaces.
  • Contre indications : L’HE de menthe poivrée est contre-indiquée chez les enfants de moins de 6 ans et les femmes enceintes et allaitantes.
  • HE DE CYPRÈS CUPRESSUS SEMPERVIRENS : l’huile essentielle de cyprès est aussi un remède de l’insuffisance veino-lymphatique grâce à son action anti-inflammatoire directe sur ces vaisseaux.

Comme beaucoup d’huiles essentielles, elle est déconseillée chez la femme enceinte et allaitante.

  • HE DE LAURIER NOBLE - LAURIS NOBILIS C’est une huile essentielle très antiseptique. Elle peut donc être utilisée même en cas de plaie. Elle a aussi, pour ce qui nous concerne ici, un effet fluidifiant sanguin, anti hématome et antalgique.
  • HE DE GENÉVRIER JUNIPERUS COMMUNIS On utilise surtout cette huile essentielle localement pour ses propriétés antalgiques et anti-inflammatoires
  • HE D’HÉLICHRYSE ITALIENNE (IMMORTELLE) – HELICRYSUM ITALICUM

Je termine cette liste d’huiles essentielles à visée circulatoire par la belle hélichryse appelée aussi du nom mystérieux d’« immortelle ». Il est dommage que cette HE soit si chère, car elle est absolument merveilleuse pour la peau. Elle possède des propriétés cicatrisantes et anti-inflammatoires. Elle est donc toujours associée dans des préparations visant à agir sur les varices et les phlébites superficielles. Elle est contre-indiquée chez les femmes enceintes,

 NB : Les huiles essentielles sont toujours délicates à utiliser. Je vous recommande de préférer un usage local qui comporte moins de risques. Mais n’oubliez pas que ces huiles essentielles pénètrent parfaitement dans l’organisme en cas d’application cutanée et qu’il faut donc toujours respecter leurs contre-indications, quelle que soit la voie d’administration.

 

Prenez toujours les conseils d’un professionnel de santé formé à leur utilisation et n’utilisez pas des synergies composées pour d’autres personnes.

 

 

  • LA NUTRITHERAPIE A T ELLE DES BENEFICES POUR L’INSUFFISANCE VEINEUSE ?

L’insuffisance veineuse est avant tout traitée par la phyto-aromathérapie, les compléments alimentaires étant plutôt secondaires.

Malgré tout, nous avons vu qu’une partie du problème venait de la fragilité des parois veineuses. Même si cette fragilité est souvent inscrite dans le terrain génétique de chacun, il n’empêche que des carences nutritionnelles peuvent l’aggraver.

 Il est donc nécessaire de faire un bilan des carences nutritionnelles, de supplémenter si nécessaire afin d’avoir une action de fond durable et efficace.

© 2020. Tous droits réservés Corps Vital

Search